- ---- accueil---biographie et cv - articles de presse---liens---contact
PROJETS
 


Extraits d'articles de presse

 
 
Voici quelques bribes d'articles placés en ordre décroissant.
Pour des extraits plus longs, cliquer ici sur le fichier PDF
 

 

31

Poétique de la trace
Hélène Roy a su renouveler sa pratique artistique au cours de ses 55 ans de carrière, en explorant les différents médiums (du crayon couleur au numérique) les formats, les façons originales de présenter chaque fois ses séries; en s’imprégnant toujours des autres disciplines artistiques, tout en développant une œuvre, une vraie, avec son langage singulier, ses propres images, sa musique, dans une impérieuse cohérence et une éblouissante poésie…comme Le souffle de petites éternités.
Céline Dion, présentation de l’exposition rétrospective (1963/2028) Le souffle de petites éternités au Centre national d’exposition de Jonquière. Juin/septembre 2018.


30

Hélène Roy au CNE : bilan provisoire d’une carrière prolifique
Il suffit d’embrasser la salle du regard même brièvement, pour imaginer la somme de travail abattue au cours des 60 dernières années. Les œuvres sont imposantes, des toiles, des installations, des photographies transformées par la magie numérique…. Ce qui l’interpelle au premier chef, c’est toujours la démarche, le souffle de l’œuvre, ce qu’elle dit de son rapport au temps…«Le Chant des épidermes sur laquelle je travaille à l’aide de mon ordinateur, c’est la marche finale en ce qui me concerne…je suis engagée dans un projet dont je ne connais pas la fin»… note Hélène Roy, en esquissant un sourire.  
Daniel Côté, Le Quotidien, 9 Juillet 2018


29
Un maillage parfait
Ses personnages nous transportent dans un univers poétique et imposant, parfois troublant mais toujours inspirant.
Christine Martel, Progrès, le dimanche 28 Janvier 2007.
 


Tiré du Projet 16 (2000-2009)- Ombre en exil


 
28
La création d’une oeuvre plus que sa finalité
Hélène Roy est une boulimique de la création.
Isabelle Labrie, Progrès, le dimanche 21 Janvier 2007.
 

 
27
L’ombre de ces artistes
Un traitement contemporain ainsi qu’une étude approfondie des règles ont permis la naissance du projet d’exposition de Hélène Roy, Ombres en exil, présenté au Musée d’art contemporain des Laurentides. Le résultat est des plus intéressants.
Mylène Blanchette, Accès, le vendredi 19 Août 2005
 

 
26
Une exposition à couper le souffle
Vraiment percutantes, ses œuvres sont imposantes d’abord par leur grandeur et par la puissance qu’elles dégagent.
Nathalie Deraspe, Le Mirabel, le 30 Juillet 2005
 

25
Connivence entre le sens et l’esthétique
À quoi reconnaît-on le génie, le talent, le professionnalisme, la démarche sûre d’un artiste qui a des choses importantes à nous confier?
Annie Dupont:, Le journal de Prévost. 21 Juillet 2005

24
Des Arts Roy
Nostalgie d’un monde sans objets, sans symboles. Avec seulement la trace d’une main au mur comme la promesse d’un monde.
Michaël La Chance, Revue Spirale, Novembre-Décembre 2002

23
Entre deux infinis, Hélène Roy remet en circulation les données d’une sorte de mythologie fantastique
L’une des meilleures expositions de la saison a lieudans les montagnes enneigées de Charlevoix. […].On a l’impression, en regardant ces médiums mixtes, qu’il y a quelque chose de déréglé dans l’ordre de la logique qui vient des choses de la réalité que l’on connaît.

Michel Bois, Le soleil, le 9 Novembre 2002

22
Avant-Propos
On pense à l’inaccessible étoile de Brel. L’ensemble de l’œuvre fonctionne comme une écriture de la dérive, d’un état à l’autre.
Chantal Boulanger, Catalogue de l’exposition: Des Chants comme des pensées lâchées par le soufflé, Centre d’exposition de Baie-Saint-Paul, 2002

21
À l’image de l’Ouroboros
Le serpent qui se dévore, se féconde, se procrée, se tue pour ressusciter, symbolise l’idée, lovée dans l’œuvre d’Hélène Roy, de la transformation de soi, du perpétuel devenir.
Yolande Racine, Protée, volume 29 No3, Hiver 2001-2002

20
L’oeuvre sans fin
Hélène Roy commet des séries, procède par système pour mettre à mort la fin de l’œuvre, c’est à dire que cette fin n’arrivera pas puisque le livre, comme matière qu’elle déconstruit, la porte dans une sorte de cycle infini, un va-et-vient entre Roy, Lautréamont, Büchner, Lenz et d’autres, jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un grain de poussière. Et alors, cette particule aura toujours la potentialité de s’amplifier.
Véronique Villeneuve, Spirale, mars-avril 2001

19
La troupe des Têtes heureuses présente
Elle a peint les hauts murs de l’hôtel, créant un univers à la fois oppressant et fragile.
Denise PelletierLenz”,  Progrès dimanche, Novembre 2000

18
Lenz démultiplié
L’effet était des plus réussis. Ce décor m’a semblé en parfait accord avec le propos: on y sentait à la fois le clos et l’appel vers l’extérieur, le chaud et le froid, le rassurant et l’incertain. Et la translucidité des parois s’accordait parfaitement avec l’instabilité du personnage.
Louise Vigeant, Cahiers de Théâtre en Jeu 1999-2000

17
La fidélité du discontinu
Et Lautréamont, complaisant vampire, veille sur son labeur fou.
Jean-Pierre Vidal, Texte faisant parti du livre d’artiste Chants fragiles et sourds; Édition Centre d’artistes Espace virtuel, 1998

16
Ondes de souffle
L’artiste déploie spatialement dans les locaux d’Espace Virtuel une démesure qui n’a d’équivalent que le souffle irrépressible d’un Maldoror.
Guy Sioui Durand, Chants fragiles et sourds, 1998

15
Extrait du Catalogue de la Biennale du Dessin
Il faut noter la richesse picturale des images obtenues au moyen de reports photographiques, d’acrylique et d’encre.
Louise Déry, Catalogue de la Biennale du Dessin de l’Estampe et du Papier du Québec, 1997
 

Tiré du Projet 17 (2000-2009)- Atelier rouge

 
14
Sténope sur Genet
Il faut inscrire le corps dans une écriture du désir qui renvoie la solitude à la promiscuité, de l’unique au multiple.
Michaël La Chance, Galerie L’Oeuvre de l’autre du 7 au 19 novembre 1996, Spirale, 1998
 

 
13
Troyes Chants secrets….Écrits d’écho
L’abstraction et figuration se rejoignent pour construire un véritable chant sacré, une incantation, avec en écho de nombreuses références explicites ou non à l’histoire, à notre époque et à la vie personnelle de l’artiste.
Annie Molin Vasseur, Actualités/Expositions,Etc., Montréal, No 28, Automne 1994/Hiver 1995
 

12
Courts-circuits
Proche du Moyen-Age, le tableau tend à inverser la distribution spatiale actuelle des images.
Annie Molin Vasseur, Chicoutimi. Etc. Montréal, No 21, 1993-1994

11
Écho…d’échos
J’ai la conviction qu’une descente aux enfers a été réalisée, œuvre au noir de la création; des transmutations ont été accomplies. Maldoror et le catéchisme ont épuisé leurs chants. En écho, une œuvre réécrit son propre sens, son propre chant. Les Chants secrets appartiennent à tous les temps. Ils n’ont été rappelés que pour être démantelés, en garder le suc, se l’approprier pour exorciser et grandir; en faire une œuvre à communiquer aux autres, leur dire que tout se résout, que tout se transforme.
Annie Molin Vasseur. Chants secrets/Écrits d’écho. Protée Éditeur, 1993, Catalogue: Chants secrets/Écrits d’écho.

10
Paysage du monde, pour les "Chants secrets"
Dans l’écriture poétique, comme dans la création artistique, il s’agit de penser une constellation de signes en évolution constante, dans un mouvement de régénération qui va du centre à la périphérie et revient sur lui-même. Dans Chants secrets Écrits d’écho d’Hélène Roy, une série de tableaux dessine une telle constellation.
Michaël La Chance, Protée Éditeur, 1993, Catalogue: Chants secrets/Écrits d’écho.
 

Tiré du Projet 13 (2000-2009) -
Chroniques visuelles pour l’éloge du fugitif

 
09
Au Centre d’art contemporain Passages: Hélène Roy: Chants secrets/Écrits d’écho
Ces 68 images peuvent être considérées comme un parcours, une “aventure artistique” ayant permis une rencontre avec l’image, mais aussi avec les mots du poète Jean Chatard qui a illustré un ouvrage édité à cette occasion.
L’est / Éclair, Troyes/France, 12 septembre1994
 

 
08
Le geste singulier de la couleur jetée
Galerie d’Art contemporain Passages du 10 septembre au 8 octobre 1994
Des pistes de lectures, des phrases lancées et à attraper selon la mélodie qu’elles suggèrent. Un art abstrait qui côtoie le figuratif, des images découpées, des couleurs collées, le conscient et l’inconscient mêlés à l’hétéroclisme du rationnel.

Libération Champagne, Troyes/France, 12 septembre1994
 

07
Échos d’écho d’écho d’écho d’écho …
La répétition à grande échelle de cette super-structure produit un effet de discontinuité gardant les formes prisonnières de leur espace d’encadrement, minimisant leur force respective. Et c’est sur ce drame du cloisonnement que repose à mon avis le sens de l’œuvre.
Lorraine Audet, Arts visuels, Journal Lubie, 1993

06
Narratologies: États des lieux
Seulement des images. Fiction ancienne ou mémoire de demain, elles racontent une histoire jamais commencée, jamais finie, en rupture et en ellipses, filant sa trame vers et contre le sens.
Francine Belle-Isle,Volume 19 No1 Hiver 1991. Énoncés en suspens.

05
Les récits plastiques d’Hélène Roy
L’exposition des œuvres récentes d’Hélène Roy intitulées Cinéma d’ailleurs était à plusieurs points de vue, remarquable.
Claire Gravel, Montréal, Vie des Arts, 1987

04
La magie de l’angoisse
Peintre de l’angoisse et de la fidélité, Hélène Roy demeure en équilibre au dessus des gouffres de la vie qui se crée à travers cet espace imprécis dans lequel naissent les œuvres d’art.
Jean Chatard, Le soleil des loups, No3, Éditions du Soleil Natal. France, 1986

03
Comme ouvrir un livre d’art
Cinéma d’ailleurs laisse place à tous les états d’âme sauf à l’indifférence. […] en quarante “écrans” à l’intérieur desquels défilent, s’interpellent les images tirées du réel et celles issues de l’imaginaire, Hélène Roy se fait féline et fellinienne. […] Cinéma d’ailleurs, une exposition “rencontre” à l’impact certain. De celles dont les images peuvent demeurer présentes et enrichissantes longtemps après la visite.
Rachel Lussier, L’exposition Cinéma d’ailleurs, Galerie Horace
La Tribune, le 27 novembre1986

02
Avec Cinéma d’ailleurs, Hélène Roy rompt avec son habitude
Le spectateur se retrouve devant une réalisation imposante, forte, une exposition ayant une très grande unité de format et de contenu…
Louis-Marie Lapointe,Progrès, le dimanche 23 février 1986

01
Hélène Roy, Coffrets-mémoire
Elle cherche par la collection de traces ou de reliques autobiographiques à saisir un moment de la vie, à avoir prise sur le temps.
Réal Lussier, Catalogue d’exposition “Présent antérieur” Musée d’art contemporain, Montréal. 1984
       
 


Site conçu et réalisé par Monique Dugal
 
 

Sélection d'oeuvres

projets 1995-2000
concepts des projets 1995-2018
 

 

 

 

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

.haut